« Renoncer à Tarmaq, retrouver le sens des priorités »

« Renoncer à Tarmaq, retrouver le sens des priorités »
« Renoncer à Tarmaq, retrouver le sens des priorités »

Intervention relative au vote sur le lancement de l’association de préfiguration Tarmaq, « Cités des savoirs et de l’aéronautique ». Un petit lien vidéo pour découvrir ce projet futuriste :

Monsieur le Président,

Notre Région sait ce que veut dire « urgent », le plan d’urgence que nous avons engagé en à peine trois semaines en est la preuve, j’ai eu l’occasion de le saluer, sincèrement.

Mais le fait de voter, aujourd’hui, cette délibération, nuit totalement à l’image de sérieux et de sens des priorités que renvoie notre Plan d’urgence.

A l’heure où toutes les énergies sont mobilisées pour les efforts sanitaires et de solidarité, à l’heure où l’ensemble des acteurs économiques s’inquiète pour son avenir, à l’heure où nous sommes si peu d’élus à délibérer, l’institution régionale doit avoir le sens des priorités.

Et engager un projet de « Cité des savoirs Aéronautiques et Spatiaux », ce n’est pas la priorité. Nous avions demandé le retrait de cette délibération, nous n’avons pas été entendus, nous nous prononçons donc CONTRE sa mise à l’ordre du jour aujourd’hui.

C’est d’autant moins la priorité que ce projet représentera un coût d’investissement de  73  millions  d’euros  HT, sans parler du fonctionnement, pour lequel la Région verserait a minima 1,3 millions d’euros par an, un projet dont la soutenabilité financière, à terme, est très contestable.

Aujourd’hui, nous votons seulement pour l’association de préfiguration, qui à elle seule coûte 1 millions d’euros, par an.

La moitié de la France est au chômage, et on s’engage à consacrer un million par an à l’association de préfiguration d’un parc ludique et de formation dans le secteur de l’aéronautique ? Un million, pour 1 association, c’est un cinquième des fonds d’urgence consacré aux 16 000 associations employeuses, aux 23 000 structures de l’ESS ? C’est l’ensemble du budget vie associative annuel de la Région, hors emplois associatifs !

Ce vote manifeste un décalage total avec les préoccupations de nos concitoyens, et une indécence financière, car nous avons besoin d’argent ailleurs.

Enfin, le projet Tarmaq est à l’opposé de l’esprit Neoterra adopté l’an dernier par la Région.

Lorsque viendra, pour construire le monde d’après, le moment de se poser la question : « à quels projets devrons-nous renoncer ? », nous devrons renoncer aux projets de type Tarmaq. Il faut accompagner les salariés actuels du secteur aérien vers leur réorientation, plutôt que de développer de nouveaux projets. Et les progrès technologiques ne suffiront pas à rendre le transport aérien Néoterra-compatible, c’est une chimère dont il faut sortir. Susciter des vocations et faire du divertissement autour du secteur aérien, quand l’on sait la manière dont il a contribué à la diffusion de l’épidémie, et quand on sait l’impact qu’il a sur le changement climatique, c’est de plus en plus hors sujet.

Ainsi, cette délibération ne répond ni à l’urgence du moment, ni aux enjeux écologiques de demain, nous avions voté contre son passage en urgence, nous voterons contre son adoption.

Ajouter un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont renseignés d'une *

Ne ratez aucune nouvelle de vos élus régionaux !

S'inscrire à la newsletter

Pour contacter vos élus :

Léonore Moncond'huy : leonore.moncond-huy@nouvelle-aquitaine.fr


Thierry Perreau : thierry.perreau@nouvelle-aquitaine.fr

logo-EELV1

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux