La 5G : ne pas confondre nouveauté et progrès !

La 5G : ne pas confondre nouveauté et progrès !
La 5G : ne pas confondre nouveauté et progrès !

📱 Pour la première fois en Commission Permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine le 9 mars 2020, le Groupe écologiste et citoyen région Nouvelle-Aquitaine s’est opposé à un dossier qui soutenait le développement de la 5G.Le déploiement des nouvelles technologies, comme la 5G, nous semble être un processus normal, une avancée dans l’air du temps. Nous n’avons pas le réflexe de nous demander « en a-t-on vraiment besoin ? », « est-ce vraiment une avancée sociale, écologique, pour le plus grand nombre et pour la planète » ?La 5G, c’est un pas de plus vers l’ultra-connectivité, la rapidité, la réactivité… Un confort appréciable pour les utilisateurs quotidiens, comme moi, des technologies connectées.Mais quels seront les coûts du déploiement de la 5G ?➡️ Un coût global, une consommation énergétique massive. Alors même que des zones entières de la France, de notre Région, sont encore des « zones blanches » du point de vue du réseau, parce qu’elle fonctionne en partie avec des « ondes millimétriques » ne pouvant traverser certains bâtiments ni des obstacles comme les arbres ou la pluie, la 5G nécessitera d’augmenter massivement le nombre d’antennes, une dépense considérable en termes de coût, de matériaux, et de consommation d’énergie.Sur le plan environnemental, la 5G pourrait ainsi engendrer une augmentation de la consommation électrique du pays de 2 %, alors que nous devons d’urgence enclencher la sobriété énergétique.➡️ Un risque sanitaire non mesuré. Parce qu’il nécessite aussi l’utilisation de fréquences plus élevées, le déploiement de la 5G pose la question de l’augmentation de l’exposition générale de la population aux ondes électromagnétiques. Le 27 janvier 2020, dans un rapport préliminaire visant à évaluer les risques sanitaires associés à l’exposition de la population aux champs électromagnétiques émanant de la technologie 5G, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a pointé, à ce stade, « un manque de données scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires potentiels liés à l’exposition aux fréquences autour de 3,5 GHz ». Les résultats finaux des travaux d’expertise de l’Anses ne seront disponibles qu’au premier trimestre 2021.➡️ Un coût pour les particuliers, une incitation à la sur-consommation. Une grande partie de nos mobiles actuels ne sont pas compatibles avec la 5G. Nous devrons toutes et tous en changer… alors même que l’urgence écologique nous impose d’allonger la durée de vie de nos appareils, de limiter la consommation de ressources liées à leur fabrication, dont les conséquences sociales sont aussi dramatiques dans les pays qui les extraient.Ainsi, l’engouement annoncé autour de la 5G, à grands renforts de soutien public, mérite qu’on s’y arrête. C’est peut-être la première fois que nous pouvons poser, de manière aussi claire, la question de l’utilité sociale, de la pertinence environnementale d’une nouvelle technologie.Ne confondons pas nouveauté et progrès ! Les enjeux du futur nous obligent à agir avec responsabilité, et à réorienter nos politiques, en faveur d’une transition écologique et sociale massive. C’est ça le vrai progrès attendu du XXIe siècle. Être capables de s’auto-réguler, de réfléchir avant d’agir, en tenant compte des conséquences sociales et environnementales de nos choix. Si on s’y mettait, avec la 5G ?
Merci au Groupe Ecologiste – Conseil régional Centre-Val de Loire, dont les travaux pionniers sur ce thème nous ont largement inspiré !

Ajouter un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont renseignés d'une *

Ne ratez aucune nouvelle de vos élus régionaux !

S'inscrire à la newsletter

Pour contacter vos élus :

Léonore Moncond'huy : leonore.moncond-huy@nouvelle-aquitaine.fr


Thierry Perreau : thierry.perreau@nouvelle-aquitaine.fr

logo-EELV1

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux